Ecolo Orp-Jauche a pris connaissance des réactions du bourgmestre à propos du dossier Malevé. Un bourgmestre qui tente de détourner l’attention du public du véritable enjeu de ce dossier : celui des finances communales et de donc de l’argent des Orp-Jauchois.


Les propos d’Hugues Ghenne témoignent du peu de respect qu’il a envers l’opposition lorsque celle-ci remet en cause sa façon de travailler. Cela frôle le ridicule lorsqu’il affirme que nous essayons de régler nos comptes avec Julien Gasiaux (ancien Ecolo passé à l’UP et aujourd’hui Président du Home) alors que tous les partis de l’opposition ont dénoncé la façon de faire de la majorité par rapport au dossier de la Résidence. Une manière comme une autre de faire diversion.

« Première incohérence – Le partenariat signé avec Belfius a été voté à l’unanimité, écolo compris. Pour rappel, il faisait partie de la majorité de 2006 à 2012. Le montant du remboursement de 391.000 € par an était connu à l’époque. Il suffit de diviser 391.000 € par 30 résidents et par 12 mois et on arrive à 1.100 € sans les charges. Le montant demandé aux résidents était connu à l’époque (voir PV en annexe). Ecolo l’avait voté. »

Ecolo a soutenu le projet de résidence, c’est exact. Cependant, comme nous l’avons souligné en conseil communal, dans la concrétisation de ce projet, nous avons rapidement soulevé des questions, demandé des informations complémentaires et fait de nombreuses propositions car nous pressentions des complications. Ces propositions n’ont pas été entendues par le trio qui « pilotait » le dossier (l’ex-président de l’USC, Alain Gossia, le bourgmestre et l’échevin des finances, Henri Bauwin). Un trio dont l’objectif était de renflouer les déficits du home. Le prix de location (prévu avec charges : 1500 à 1600 euros !!!) a d’ailleurs progressivement atteint des montants exorbitants.

 
« Deuxième incohérence – Les travaux et mises en location ont été retardés pendant plus de 4 ans du fait des inondations et des travaux à rallonge de l’IBW et de la SODRAEP. Comme tous les Orp-Jauchois, Ecolo en est conscient. Ces travaux ont nécessité un nouveau plan de remplissage en 3 ans. »

Les travaux du collecteur concernaient le parc de la partie « home » et non la Résidence-service. Quant aux inondations, elles sont régulièrement utilisées pour justifier certaines décisions ou expliquer, comme c’est le cas ici, le blocage de certains dossiers. La publicité autour du projet de Résidence-service est arrivée bien trop tardivement. Des contacts pouvaient déjà être pris, des initiatives lancées même si l’appartement témoin n’était pas terminé ou que les abords n’étaient pas finalisés. Nous avons fait ces propositions. Elles n’ont pas été suivies.

« – Troisième incohérence – Le plan de mise en location en trois ans et la prise en charge par la Commune du solde a été rendu plus complexe du fait des charges imposées aux Communes et à la réforme comptable imposant un équilibre à l’exercice propre. Ecolo le sait et ne l’a pas remis en cause lors du vote du budget 2015. Orp-Jauche a réalisé plus de 800.000 € d’économies pour éviter des augmentations d’impôts. Ce que d’autres Communes n’ont pas hésité à faire. »

Le bourgmestre fait ici un amalgame entre le budget de la Résidence et le budget communal. On peut franchement se demander en quoi les obligations budgétaires communales ont rendu plus difficile  le « plan de remplissage » en trois ans de la Résidence.

En 30 ans, cela représente un montant de 3 630 000 d’euros pour une « politique des aînés » qui visera uniquement à financer 30 appartements. Peut-on véritablement parler de politique des aînés ?
Face à la réalité d’une Résidence-service qui ne se remplit pas, la majorité a été contrainte de revenir sur ses positions et de diminuer les loyers de moitié alors que le projet de Résidence-service visait à renflouer les déficits de son home. Si tous les appartements sont loués par une personne seule ((30 appartements X (12 X 750 euros) = 270.000 euros), la commune devra intervenir annuellement pour un montant de 121 000 euros (391 000 – 270 000)

Et puis n’oublions pas que l’Union politique a fait le choix de rémunérer le Président du home au même titre qu’un échevin et, à côté de cela, l’ancien Président est devenu Administrateur délégué, mandat qui est aussi rémunéré a concurrence d’un demi salaire d’échevin…tout cela pèse sur les dépenses de la Résidence.

 Au niveau du conseil communal, la majorité a volontairement remis un budget dans lequel le poste pour la Résidence ne figurait pas. Ecolo s’en est étonné et a voté contre ce budget communal 2015, soi-disant « non remis en cause ».

«  Quatrième incohérence – Après la défaite électorale d’Ecolo en 2012,  Ecolo a préféré démissionner et pratiquer la politique de la chaise vide plutôt que d’assumer son mandat. Il a fallu que la tutelle impose sa présence pour que le groupe propose un nouveau représentant. Il est aisé alors de demander des comptes et de faire du catastrophisme. Suite aux sorties médiatiques d’Ecolo qui engendre la peur, nous devons, sans cesse, rassurer le personnel et les résidents qui lisent aussi les journaux. »

Une belle tentative de diversion de la part du bourgmestre. Pourtant, il est tout à fait au courant des vraies raisons de la démission de la représentante d’Ecolo, puisqu’elle l’a mis en copie de sa lettre de démission. D’ailleurs, si la situation de Malevé est aussi brillante, nous nous étonnons qu’il ne profite pas des multiples demandes d’information de Sophie Agapitos en conseil communal pour en faire largement état.
Il faut savoir que suite aux élections d’octobre 2012, Ecolo n’avait plus une voix délibérative mais un mandat d’observateur.
Nous avons décliné ce mandat pour deux raisons.
1. L’expérience nous a appris que même avec une voix délibérative, les propositions n’étaient pas prises en compte.
2. En tant qu’observateur, nous serions « associés » à des décisions sur lesquelles nous n’aurions aucune prise.

Cependant, la tutelle nous a imposé de désigner quelqu’un, ce que nous avons immédiatement fait.
Ce que le bourgmestre ne dit pas, c’est que l’Union politique a alors mis six mois à acter cette désignation…

« – Cinquième incohérence – Ecolo réclame une renégociation du taux de l’emprunt alors qu’ils savent bien que ce n’est pas un emprunt et que c’est contractuellement impossible. »

Bizarre, en conseil communal, le bourgmestre a répondu que la majorité y travaillait. Et voilà que maintenant, c’est contractuellement impossible. Pourtant, pour ce qui est des taux d’intérêt pendant un partenariat public-privé (PPP), la banque d’investissement européenne préconise un partage entre les partenaires des économies réalisées lors d’un refinancement.
 
« – Sixième incohérence – Ecolo signale que le collège a accepté de verser 391.000 € et ce, malgré un avis défavorable du directeur financier. Ecolo sait, car il était au pouvoir à l’époque, que la Commune était garante de la Résidence Malevé. Ce point avait été voté à l’unanimité. La Commune doit donc prendre en charge le paiement de 391.000 € le temps des mises en location. Le directeur financier a remis un avis défavorable tout simplement parce qu’il n’y avait pas de crédit budgétaire prévu au Budget 2015 et qu’il est garant financièrement. En effet, attendu que la Commune négociait avec Belfius, ce montant devait être porté à la première modification budgétaire compte tenu également l’utilisation des bonis des années précédentes. Or, Belfius ayant prélevé la somme de 391.000 € début janvier, cela n’a pas été possible. »

Si, comme le prétend le bourgmestre, une renégociation du taux d’emprunt est impossible, que diable négociait la commune avec Belfius ? Le mystère reste entier.

La majorité connaissait la situation du home au moment de la rédaction du budget et savait qu’elle devrait intervenir financièrement. C’est volontairement qu’elle n’a pas inscrit cette dépense au budget 2015 parce qu’elle a voulu faire croire à un budget à l’équilibre. L’Union politique a ainsi trompé le conseil communal et à travers lui, la population.

« – Malhonnêteté intellectuelle ou incompétence ? En ce qui me concerne et par respect pour Ecolo, j’opterais pour la première hypothèse. »

Le fait de ne pas être d’accord avec la façon dont le bourgmestre gère ce dossier fait de nous des malhonnêtes ou des incompétents. La démocratie en (re)prend un coup…

« – Pendant ce temps et sans propositions constructives d’Ecolo, les prix des appartements de la Résidence services ont été réduits drastiquement à 750 € pour permettre un accès plus facile aux Orp-Jauchois.
La mesure porte ses fruits et les appartements se remplissent. »

Tout au long de la “législature” précédente, la représentante d’Ecolo au Conseil d’administration de la Résidence a émis de nombreuses propositions, notamment pour améliorer la qualité des appartements, augmenter leurs surfaces, et les performances énergétiques (et donc les économies), dont aucune n’a été entendue. Nous avons aussi demandé une étude de marché, qui n’a pas été faite. En 2012, la représentante d’Ecolo s’est en outre inquiétée qu’aucune publicité n’était encore faite pour les appartements à louer alors que les travaux se terminaient et que la Résidence allait devoir commencer à payer Dexia-Belfius, et elle a réclamé l’urgence pour publier des annonces … Mais elle n’a pas été suivie Au vu du déni d’informations, de l’absence d’écoute et du rejet de ses nombreuses propositions, elle a démissionné en décembre 2012. Aujourd’hui, l’Union politique est contrainte de brader les prix, sans aucune maîtrise budgétaire et prétend subitement vouloir privilégier les Orp-Jauchois.
Maintenant, ce qu’Ecolo veut, c’est est une information claire et transparente vers le citoyen et le conseil communal. Nous voulons aussi une renégociation avec Belfius.

Share This